Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je te cherche

par ANNICK DURAND

publié dans NATURE

Je te cherche

Cette année, je les rencontre les uns après les autres. J’ai de la chance ! Il y’a eu d’autres moments, ceux de leur grande absence. Rien à se mettre sous la dent, la diète, comme on dit. Les trop beaux, très purs, je m’en méfie. Les petits frêles que l’on remarque à peine et les parisiens plutôt palots ne m’attirent pas. Je suis, sensible, par contre, à leur parfum et, parfois, à leur nom qui m’amuse. Si leur peau est douce, mes doigts aiment glisser le long de leur corps. Certains, habillés de rose me rendent toute chose, je ne sais si je peux les aborder ? Je regarde aussi s’ils ont un anneau ou pas pour savoir si je dois passer mon chemin. Seuls ou accompagnés, il faut qu’ils correspondent à mes critères de recherches quand je les découvre dans ces endroits peu éclairés où ils se protègent. Je ne suis pas pressée, je les laisse mijoter avant de me décider à les savourer petit à petit où à les dévorer. Je ne veux pas, non plus, leur faire perdre la tête, avant qu’ils soient arrivés chez moi pour une rencontre sans queue ni tête. Je n’irai pas non plus faire halluciner, un mexicain, délaissé cul par-dessus tête, sur des chemins humides. Pourquoi toujours en faire un plat ? Je laisse ceux qui ne sont pas bons pour moi et j’accompagne délicatement les autres en chantant au gré du hasard :

Clavaire trop élégante pour que tu me mentes.

Amanites prenez vite la fuite.

Bolet Chicotin ou Satan,

Bande de vilains allez-vous-en !

Petit gris rejoint tes copains de Paris.

Chanterelle, que tu es belle !

Girolle, je t’aime, fofolle.

Bolet Bai, cèpe ou rosé des prés,

Vous êtes favoris de mes mets.

Trompette de la mort, quel nom ! Dehors !

Lactaire, t’as un drôle d’air.

Toi, morille, t’affole mes papilles.

Heureuse, je suis le pied à fond sur le champignon, arrêtez de les cuisiner, dans mon panier, ils le seront tôt ou tard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article