Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nous deux"

par DURAND

publié dans HUMOUR

Entre nous deux, il n’y avait pas de gêne, au contraire, je n’avais aucune pudeur, je pouvais être nue ou vêtue, elle était là seule à me voir. On se retrouvait souvent, je ne pouvais m’en empêcher. Il m’était impossible de ne pas la voir plusieurs fois par jour. Elle était à moi et personne n’aurait osé me la prendre.

Elle avait un si joli corps galbé, elle glissait entre mes doigts, elle était souple et douce. Je l’avais choisie, un jour comme çà, sans en parler à personne.

Avec elle, jamais de souffrance, jamais d’égratignure, elle me convenait parfaitement, j’étais bien, elle m’avait adoptée et, moi, je me sentais en bonne compagnie.

Le matin, elle m’écoutait chanter, elle me voyait avec mes épis et les lunettes mal ajustées, un peu grognon, lorsque je me réveille, c’était la seule qui avait tous les droits. Elle était très efficace et aussi joueuse. Elle se faufilait en s’amusant, pour mon plus grand plaisir, contre ma langue, mes dents, mon palais et revenait glisser sur mes dents, à nouveau, en haut, en bas, et sur ma langue puis me laissait reprendre ma chansonnette, le sourire aux lèvres, et repartait dignement dans son fourreau. Je savais qu’elle n’était pas loin, toujours très présente.

Puis, un soir, juste avant de me coucher, tout a basculé. Je l’ai regardée, j’avais une de mes mains sur son corps, sa tête, un peu ébouriffée, était face à moi. Je la trouvais, tout à coup, bien changée, elle avait vieilli, elle était triste, j’avais très envie de m’en séparer. D’autres m’attendaient, c’était certain !

Je n’avais plus envie qu’elle frôle ma bouche malgré l’intimité que nous avions eue et pourtant, nos jeux m’amusaient, j’avais besoin d’elle pour mieux partager mes rires et sourires pour les faire apprécier à mon entourage mais elle n’était plus « comme avant ». La garder, pourquoi ? Il n’était plus possible de partager notre quotidien et dire que je l’emmenais partout, elle était toujours près de moi et, soudain, je n’en voulais plus.

Oui, il fallait que je m’en sépare, elle risquait de me blesser maintenant. Je devais réagir. Je n’ai pas réfléchi longtemps, le lendemain matin, je suis allée acheter une nouvelle « Brosse à Dents ».

"Nous deux"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

baumgertner irene 01/12/2014 18:19

excellent,je ne m'attendais pas à une telle fin.Bravo!

tatie 01/12/2014 18:46

tu le sais je suis imprévisible...